Anxiété de séparation

En votre absence votre chien fait de la maison un champ de bataille et vos voisins se plaignent de ses hurlements. Quelle attitude adopter ?
Ces chiens sont souvent très affectueux. Ils ne supportent pas la solitude et sèment la pagaille dans la maison ou l’appartement en l’absence des maîtres. Au retour, le domicile est en triste état et le chien “penaud” ne comprend pas qu’il a fait une bêtise. Il craint en fait la punition qu’il va recevoir, systématiquement associée à l’arrivée des maîtres.
Nous jouons parfois un rôle dans le déclenchement de ce comportement. Normalement les chiots sont repoussés par leur mère au sevrage. Ils sont, à l’inverse, très entourés dans leurs nouveaux foyers. Ils peuvent alors développer ce qu’on appelle un état d’hyperattachement qui rend la solitude insupportable.
Il se crée une sorte de rituel au départ de ses maîtres (caresses, encouragements de la voix…) qui ne fait que déclencher chez le chien l’angoisse de rester seul, d’être abandonné. Il perçoit très bien l’inquiétude des personnes qui l’entourent, ce qui renforce la sienne. Le stress lié à l’état d’isolement induit un comportement destructeur, parfois des mictions et des défécations ou encore des hurlements.

Thérapie comportementale
La thérapie comportementale vise à rompre le lien d’hyperattachement entre le chien et les personnes du foyer :
– Il faut ignorer le chien dans la demi-heure qui précède le départ, de même qu’au retour.
– L’initiative des contacts doit être prise par le maître et non parle chien.
C’est une façon de lui faire comprendre qu’il n’y a rien de stressant, que votre départ est normal et en plus vous revenez. Vous pouvez aussi lui laisser un tissu imbibé de votre odeur.

Habituez le progressivement et régulièrement à votre absence dés son jeune âge en augmentant petit à petit la durée. Ainsi il ne sera pas stressant pour le chiot de vous voir partir puisqu’il aura compris que vous finirez par rentrer.